Le vélo gravel vous intéresse ? Que ce soit pour vos trajets quotidien empruntant routes et chemins, pour des sorties sportives ou découverte dans des sentiers escarpés, (presque) toutes les raisons sont bonnes pour disposer d’un vélo gravel.

Cependant, après quelques recherches vous vous apercevez que les prix des vélos neufs adaptés commencent autour de 800€. La fin du rêve ? Pourquoi ne pas plutôt tenter un montage maison à partir d’un cadre vtt des années 90 à 2000 ? Vous pourrez réussir de très bonne bases à partir de 300€ en suivant les quelques conseils de cet article !

N’hésitez pas à en parler autour de vous et pourquoi pas créer un groupe de travail entre amis pour de futures sorties !

Nous allons aborder le projet du montage en plusieurs étapes :

– Le besoin

– Les pièces nécessaires et pourquoi les ai-je choisi ?

– Les outils pour le montage et l’entretien

Le besoin

Quelque soit votre projet de montage, il faut toujours commencer par définir votre besoin. Cela vous fera gagner beaucoup de temps dans la recherche de pièces et ce sera l’assurance d’une grande satisfaction une fois le montage terminé.

Alors, quel est mon besoin et pourquoi un gravel 26″ ?

Habitant dans la campagne des Côtes d’Armor et ayant fait le choix d’abandonner complètement l’usage de la voiture, j’ai besoin d’un vélo robuste, n’ayant pas peur de rouler dans des chemins de campagnes et pouvant tirer une remorque. En bref, un utilitaire tout terrain. Etant également adepte de la vitesse et du guidon de type route (voir les articles “comment choisir mon vélo“), me voilà orienté vers le choix du vélo polyvalent et rapide : le gravel.

Mais que vient faire le vtt 26″ dans tout ça ?

Et bien j’ai découvert cette pratique de la transformation de vtt en gravel sur des forums Facebook et je me suis dit que c’était la solution la plus simple pour moi. J’avais en effet déjà un cadre vtt adapté ainsi qu’un petit budget pour ce montage.

Les pièces nécessaires et pourquoi les ai-je choisi ?

Avant de vous lister les composants que j’ai choisi je tiens à vous faire une petite liste des choix que vous aurez à faire au moment de définir les contours de votre oeuvre :

Le cadre

Préférez le rigide (sans suspension).

Les choix : acier ou aluminium, avec ou sans insert pour porte bagages

La transmission

Typée route ou vtt, cela dépendra de votre environnement.

Je préconise un mix : plateaux route et cassette vtt.

La potence

Souvent à plongeur dans les années 90, “ahead set” dans les années 2000.

Je privilégie le système “ahead set” pour sa facilité à changer de potence. Si comme moi vous disposez d’une fourche pour potence à plongeur, utilisez un adaptateur !

Le freinage

Adaptés aux patins dans les années 90, les points de fixations pour disques sont apparus dans les années 2000.

J’ai ici un cadre adapté aux freins patins. Pour une question de tirage de câble adapté aux manettes route, j’ai choisi d’installer des freins “cantilever”, les vbrake sont déconseillés sur ce type de montage.

Bonus : pour un freinage mi disque mi patins : remplacez la fourche par une acceptant les étriers à disques ! Vous aurez ainsi un frein avant (le plus puissant) à disque et un frein arrière à patin.

Parlons un peu technique maintenant

Les pièces (de gauche à droite)

– Le cintre : type route de largeur 44cm

– La fourche : aluminium avec pivot fileté pour jeux de direction à visser

– Le ruban de cintre (guidoline) : basique en mousse pour un bon confort et un budget minimal

– Adaptateur ahead set, potence et arrêt de gaine (nécessaire pour le système cantilever)

– Une paire de pédales

– Partie haute du jeu de direction avec ses billes

– Pédalier double plateaux “compact” 30 / 46 pour axe carré

– Billes de la partie basse du jeu de direction

– Dérailleur avant

– Manivelle gauche du pédalier

– Jeu de boitier de pédalier à axe carré

– Paire d’étriers de frein cantilever

– Tige de selle et selle

– Chaîne

– Câbles de freins et de vitesses

– Roue libre à visser 8 vitesses

– Dérailleur arrière

– Paire de manettes de vitesses Shimano Sora 2x8

– Non présent sur la photo : gaines de freins et de vitesses, ruban adhésif d’électricien pour fixer le ruban de cintre

Les outils (de gauche à droite)

– Un aimant (au-dessus des billes)

– Une clé à molette : pour mon jeu de direction plus large que mes clés habituelles de 32 et 36

– Mon multi outil : je me sert du dérive chaîne pour racourcir la chaîne si besoin

– Une clé plate de 15 pour monter ou démonter les pédales

– 3 clés Allen ou BTR pour les différents serrages

– Une clé pour le serrage des cuvettes du jeu de boitier de pédalier

– Un extracteur de manivelle (pour les démonter)

– Du lubrifiant pour chaîne en condition humide (je suis en Bretagne !)

– Un pot de graisse pour toutes les pièces s’insérant les unes dans les autres (jeu de direction, boitier de pédalier, tige de selle, étriers de freins, roulements, manivelles, pédales, roue libre, potence) et ses têtes de brosse à dents pour l’application

– Un chiffon (vieux tshirt) et du savon de Marseille pour le nettoyage / dégraissage

– Une clé pour monter / démonter ma roue libre à visser

– Une paire de gants

Étant parti d’un kit cadre : cadre, fourche, jeux de direction, je n’ai pas besoin de plus d’outils pour réaliser le montage et l’entretien de ce vélo. Si toutefois vous partez d’un cadre nu ou que vous souhaitez changer la fourche, pensez à vous munir du nécessaire pour monter un jeux de direction externe ou ahead set.

Et voilà ! Avec ces quelques outils et pièces, il est possible de monter un vélo assez rapidement. Ce qui prend le plus de temps est bien sûr la recherche de pièces. J’ai en plus de mon côté un pied d’atelier professionnel qui me facilite bien la tâche : cela permet de rester debout pour travailler autour du vélo et évite de le poser à l’envers ou de le faire tomber.

Si toutefois vous n’avez pas ces outils, renseignez-vous auprès du réseau de l’Heureux cyclage pour vérifier si un atelier vélo participatif existe près de chez vous. Ils disposent bien souvent de tous ces outils basiques pour la mécanique vélo.

Enfin, pour parler budget, comptez entre 200 et 400€ pour réaliser un vélo équivalent suivant si vous partez d’un cadre nu (plus chère) ou d’un vélo existant à transformer (moins chère car vous pourrez revendre des pièces et en réutiliser d’autres).

N’hésitez pas à partager votre expérience ou vos questions dans les commentaires, j’ai hâte de vous lire !

A bientôt sur les routes de la transition !