Vous avez décidé de vous lancer dans le montage de votre prochain vélo ? Bravo ! Vous vous apprêtez à commencer une belle aventure !

Oui mais par où commencer et avec quel budget ? Que ce soit à partir d’un cadre nu, d’un vélo complet ou d’un kit cadre, découvrez mes méthodes pour arriver à la réalisation de votre projet !

Les 3 méthodes que je vais explorer ici ont toutes leurs avantages, inconvénients et intérêts. Mes prochaines vidéos reviendront en détails sur chacun des points. En attendant vous pouvez me contacter pour toute question ici : contact@lesroutesdelatransition.fr

Sans plus attendre, commençons par la méthode du cadre nu !

Méthode 1 : Cadre nu

Budget : €€€ Difficultés : +++ Connaissances techniques : +++

Pour débuter, la méthode la plus difficile. Rassurez vous, rien d’insurmontable ici. Les plus grandes complications dans le montage d’un vélo ne sont en effet pas les réglages ou l’assemblage mais bien la compatibilité des différentes parties du vélo. Il est donc nécessaire d’avoir quelques connaissances afin d’identifier les pièces compatibles avec le cadre dont nous disposons.

Pourquoi est-ce le plus chère ? Tout simplement car un vélo assemblé coûte moins chère que l’ensemble des pièces qui le compose. La différence de prix est de l’ordre de 30% !

Voici les points d’attentions que vous devez avoir en tête avant de commencer vos recherches (j’y reviendrai plus en détail dans mes prochaines vidéos) :

Le jeu de direction : avant même de chercher la fourche à ajouter à votre cadre, prenez bien soin de vérifier quel type de jeu de direction est il possible de monter sur votre cadre. Il existe en effet plusieurs tailles (1″, 1″1/8, 1″1/4) et plusieurs types (externe, semi intégré, intégré).

La fourche : de la même façon que le jeu de direction, les fourches sont disponibles en plusieurs tailles. De la longueur du pivot (partie à insérer dans le cadre) au diamètre du cône de fourche, les mesures sont à prendre avec précaution et sont liées au cadre et au jeux de direction. Faites y très attention !

Le jeu de pédalier : tous les cadres ne sont pas au même standard (français, italien, international, …) et il existe plusieurs types de jeux de pédalier (axe carré, cartouche à visser, roulements externes, roulements externes, à emmancher). Votre choix dépendra de 2 choses : les possibilités du cadre ainsi que vos préférences en gamme ou utilisation.

Les roues : choisir une paire de roues pour votre cadre vous semble simple ? En fait ce n’est pas si évident que cela et de nombreux paramètres peuvent entrer en compte : largeur des entraxes de fourche et du cadre, nombre de vitesses souhaité, roue libre à visser ou cassette, double paroi ou simple paroi, largeur des pneus souhaitée, dimension souhaitée (650b, 26″, 28″, 27,5″, 29″), jantes en acier, aluminium ou carbone.

Les pneus : adepte des pneus fins ou au contraire des pneus à section plus large ? Assurez vous d’avoir vérifié ces points : quelle largeur de pneu puis-je installer sur ma jante ? Si vous souhaitez des pneus plus large que 28mm, dirigez vous vers des jantes d’au moins 15mm de largeur interne. Contrôlez également la largeur de pneus compatible avec votre cadre. Il sera par exemple difficile d’aller au delà de 32mm sur une roue de 28″ pour un cadre route classique.

Les freins : freins à patins ou à disques, chaque système dispose de ses forces et faiblesses mais surtout demande un certain type de levier pour un fonctionnement optimal. Par exemple, un levier de frein de type route est fortement déconseillé pour actionner des étriers de frein de type V-Brake pour une question lié au tirage de câble nécessaire pour les actionner. Vérifiez également que votre cadre est compatible avec chacun des systèmes : les étriers pour freins à disque ou les V-Brake et Cantilever nécessitent des fixations spécifiques.

La tige de selle : là encore, il existe différents diamètres et cela dépend uniquement du cadre que vous avez choisi. Mesurez assez précisément avec un pied à coulisse car les différents diamètres possibles sont parfois assez proche.

La transmission : ce choix n’est pas entièrement indépendant du cadre dont vous disposez. En effet, la largeur de l’entraxe pour la roue arrière décidera du nombre de vitesses maximum possible et la forme du tube de selle vous indiquera si vous pouvez ou non installer un dérailleur avant (pour les vélos les plus récent).

Une fois toutes ces recherches menées et toutes les informations à votre disposition, vous pouvez commencer à vous procurez les pièces nécessaires à l’assemblage du vélo de vos rêves ! Si vous avez le moindre doute sur des questions de compatibilité de composants, n’hésitez pas à me contacter ici : contact@lesroutedelatransition.fr

Méthode 2 : Vélo entier

Budget : € Difficultés : + Connaissances techniques : +

Commencer son projet sur une base de vélo déjà existant peut être une bonne solution. Que ce soit pour un changement radical (monter un gravel à partir d’un VTT 26″ des années 90 par exemple), pour une modernisation ou encore une montée en gamme, cela peut être un bon choix pour un débutant.

En effet, suivant la base choisie, il ne reste souvent pas grand chose pour arriver à ses fins : beaucoup de nettoyage, quelques réglages et remplacement de certaines pièces et le tour est joué. Le plus délicat sera donc de choisir la meilleure base pour son vélo.

Côté avantages on notera la possibilité de tester le vélo que l’on souhaite transformer. Cela permet de s’assurer qu’il sera à la bonne taille. Aussi, et c’est pour cela que j’estime cette méthode être la moins chère, il sera possible de revendre certaines pièces pour diminuer les coûts. Et rappelez vous qu’un vélo entier est 30% moins chère que l’ensemble de ses pièces. Nous sommes donc en général gagnant au niveau des jeux de direction et pédalier, roues si en bon état et autres accessoires en fonction de votre projet.

Pour une transformation en profondeur, il faudra mener les mêmes recherches qu’évoquées dans la méthode 1 même si ici nous pouvons prendre certaines pièces en modèle pour acquérir les nouvelles. Par exemple pour définir la longueur de chaîne sur une transmission équivalente : il suffira de couper la nouvelle chaîne à la même taille que l’ancienne !

Cette méthode est faite pour vous mais vous ne savez pas quelle base choisir pour votre projet ou avez besoin de conseils sur vos choix ? Contactez moi ici : contact@lesroutesdelatransition.fr !

Méthode 3 : Le kit cadre

Budget : €€ Difficultés : ++ Connaissances techniques : ++

Vous ne voulez pas vous embêter avec la revente de pièces ou les recherches précises au niveau direction et pédalier sans sacrifier le potentiel de personnalisation ? Cette méthode est faite pour vous.

En effet, un kit cadre est souvent composé du cadre mais aussi de son jeux de direction, sa fourche et son jeux de pédalier : cela simplifie énormément les recherches de compatibilité.

Cette méthode est le meilleur compromis entre commencer de 0 (méthode 1) et partir d’un vélo existant (méthode 2). Il y a un potentiel de personnalisation assez élevé puisqu’il vous reste la majeure partie des pièces à installer. Le budget est du coup un peu plus conséquent que la méthode 2 mais reste inférieur à la méthode 1 pour un montage identique.

L’aspect le plus complexe de cette méthode sera donc de s’assurer que la taille du kit cadre vous convient. Il existe plusieurs mesures pour s’en assurer : hauteur, longueur, reach et stack notamment. Le plus simple si vous avez déjà un vélo sur lequel vous vous sentez bien est de reprendre ces mesures pour chercher un cadre correspondant !

Vous avez trouvé un kit cadre qui semble vous convenir mais n’êtes pas sûr de votre choix ou avez des questions sur les possibilités offertes par ce kit ? N’hésitez pas à me contacter ici : contact@lesroutesdelatransition.fr