Étape faite le 10 juin 2019

Première épreuve

Étape réalisée le 10 juin 2019.

Avant cette première étape, je n’avais jamais véritablement voyagé à vélo. Ce fut une découverte de beaucoup d’aspects pour moi : rouler avec un vélo chargé, monter une tente, faire à manger sur la route, gérer le stock d’eau, …

Malgré ces inconnues, je m’en sors plutôt bien. En effet, lors de mes entrainements précédents, j’ai appris à chercher et reconnaître les panneaux indiquant l’itinéraire de la Vélodyssée. Je ne voulais vraiment pas utiliser le GPS sur la route (objectif partiellement atteint, nous le verrons par la suite).

Une seule épreuve à surmonter pendant cette première matinée : un arbre barre la piste suite à des vents violents lors de la semaine précédent mon départ. Cela m’a fait un bon exercice de musculation car il fallait soulever le vélo pour passer (autour de 35kg pour vélo + bagages, nous verrons le détail dans un article dédié).

Je me trouve un coin ombragé et tranquille pour faire la cuisine du midi. Pas trop de vent, un stock de bois sec dans mes sacoches, je réussi sans trop de problème à allumer le réchaud à bois. Aussi, grâce à la technique du “one pot pasta“, j’y parviens avec le minimum d’eau et en un temps très court (le réchaud fait bouillir l’eau en 2mn maximum).

L’après-midi se passe tranquillement également jusqu’à arriver à Corsept, qui marque le début de la voie verte sur l’estuaire de la Loire. Cette voie est très agréable avec un paysage mêlant piste sablonneuse, végétation et plans d’eau. Je signale également que le début de cette piste est marquée par une boite à livres, cela peut être intéressant pour avoir un peu de lecture à la fin de l’étape !

La voie verte de Corcept à Saint Brévin

Le seul souci que j’ai eu à rencontrer ici n’est pas des moindres : le vent de face ! Une découverte de plus pour moi. Je suis obligé de changer de vitesse comme pour monter une côte et je ne dépasse pas les 8km/h ! Autant dire que ces quelques kilomètres sont passés assez lentement, j’arrive donc plus tard que prévu au camping mais tout de même avant 18h.

Me voilà donc au camping du Pas du Gû où j’obtiens un tarif spécial de 7€ car il n’est censé être ouvert qu’à partir du 15 juin. Ce camping n’est pas en bord de mer, ce qui l’abrite du vent et me permet à la fois de monter ma tente (pour la première fois) ainsi que de cuisiner mon repas du soir sans problème.

Bilan de la journée :

  • Déchet généré : 0
  • Budget du jour : 7€ (camping)
  • Kilomètres parcourus : 70